LA SPIRITUALITE PRATIQUE

Mis à jour : oct. 14



Qu’est-ce que la spiritualité pratique ? 


C’est la spiritualité du quotidien, celle qui n’est pas réservée aux thérapeutes, au cours de yoga, à la méditation mais au contraire celle de tous les jours, accessible à tous.

Nous ne parlons pas de croyances, ni d'une quête intellectuelle servant le mental, ou encore d'une approche "perchée" car nous sommes bien des âmes profitant d'une incarnation terrestre, ici pour expérimenter la matière.


Faisons simple. 

Savez-vous d’où vient ce mot de spiritualité ?

Etymologiquement, ce mot vient de la racine spirit. Nous connaissons ce mot dans son attachement à l’esprit mais à la base, il signifie le souffle et plus précisément d’ailleurs le souffle de vie.

Alors quoi ?

Qui ici, sur Terre n’est pas à lui seul un souffle de vie.

Qui ici, sur Terre, ne porte pas en lui ce merveilleux mouvement d’inspirer et d’expirer ? La respiration et l'ancrage, notre base.

La spiritualité pratique c’est revenir ici et maintenant, pleinement présent. C’est permettre au corps et à l’âme d’exister dans leur pleine incarnation. Pour être connecté à son essence, à qui l’on est, il est essentiel d’être là.


La spiritualité ne commence pas par la connexion au divin, aux anges, aux guides. Nous avons une relation toute particulière avec eux car aujourd’hui, nous parvenons à retranscrire leurs messages. Toutefois, être spirituel, ce n’est pas seulement avoir la capacité d’être pleinement connecté à son intuition et accueillir le déploiement de ses dons.

Être spirituel, c’est s’accorder ces temps de respiration, c’est permettre au mental dit inférieur de s’apaiser, de se taire même, pour permettre aux portes de la conscience de s’ouvrir.

Être spirituel, c’est relier le souffle à l’esprit et se poser la question « Qui suis-je ? » et « Qu’ai-je à apporter au monde ? ». Et si dans les moments plus sombres la réponse est « rien », sachez que c’est ce mental bougon qui vous souffle ce mot. Souvenez-vous alors que le mental ment.

Votre mental inférieur, l’archaïque, le reptilien est très utile en certaines circonstances et il n’est absolument pas question de le renier. Il a toute sa place et il est le premier à répondre à notre survie. Merci à lui donc. Toutefois, tel un enfant roi, il peut parfois et bien trop souvent, prendre une place qui ne lui appartient pas. Faussement curieux, il se mêle de tout, non pas dans l’amour mais dans la crainte. Le mental inférieur, que nous aimons appeler aussi le bas mental ne souhaite pas votre évolution. Il veut diriger, gouverner et surtout garder son pouvoir. Plein de son égo, il a trop peur de ne plus exister s’il ne ramène pas sa fraise assez souvent, vous persuadant qu’il a raison.


Votre âme n’a pas choisi de venir s’incarner sur Terre pour rester figée, tranquillement blottie dans une zone de confort à attendre patiemment la fin de sa venue ici pour regagner ses sphères célestes. Son désir, c’est de grandir, d’avancer, d’évoluer, de vivre de nouvelles expériences. Rattachée au cœur, elle vous souffle d’aller, d’oser, parce qu’elle sait les merveilles que vous portez en vous.

Voilà pourquoi souvent ce tiraillement se ressent entre l’envie de faire, de se réaliser pleinement, et les freins qui maintiennent au sol. Pas évidement d’avancer dans tout cela.


La base de la spiritualité pratique, c’est donc de revenir à soi, se remettre au centre. Il ne s’agit pas de renier la part du mental qui nous fige, il ne s’agit pas de valoriser la part du cœur qui nous pousse, il s’agit de revenir au commencement de notre être sur terre. Le souffle. La respiration. Les deux pieds bien connectés au sol.


Se remettre dans sa respiration, c’est se remettre en mouvement. Se remettre en mouvement, c’est s’autoriser à ressentir et s’autoriser à ressentir, c’est se connecter au corps et au cœur.


Evidemment, vient ensuite toute la possibilité d’un accompagnement pour garder ce cap là, pour se sentir écouter et raviver, lorsque les doutes s’installent trop, l’étincelle de confiance, d’estime et d’amour de soi.

Lorsque vous reconnaissez et accueillez le fait que vous êtes ici sur terre, des êtres de souffle, que vous portez la vie en vous, alors votre âme se réjouit et vous invite à goûter encore et toujours plus qui vous êtes vraiment. C’est alors une véritable rencontre qui se crée entre votre âme et vous. Le mental inférieur retrouve sa place. Il commente de temps en temps mais avec la spiritualité pratique il devient plus simple de le recadrer.

Respirer, c’est ouvrir les espaces, c’est donner et recevoir, c’est goûter l’air et s’ancrer dans la terre.

Respirer, c’est calmer ses angoisses, se donner du repos.

Respirer en conscience, c’est accueillir le mouvement. C’est dans le mouvement intérieur que l’action peut être… Une action riche et juste, en lien avec vos propres valeurs.


Vous le voyez, il n’y a pas besoin d’être haut perché pour entrer dans la spiritualité. Il suffit d’accepter de souffler, de donner, de recevoir et ainsi petit à petit, accueillir l’ouverture de vos regards, faire évoluer son point de vue, changer de perspective.


Sans prétention, ni égoïsme, oui, vous êtes le centre de votre âme.



Respirer avec le ventre c'est quoi ? >>>> suivez le lien :

https://www.lezamso.com/post/respirer-avec-le-ventre-ça-veut-dire-quoi



(c) Lézâmso


crédits photos : (c) J-Luc FORTIN