Vivre en corps et se mettre en route

Mis à jour : oct. 25



On marche sur la tête ou bien !


Voilà une expression que l’on entend parfois et qui, prise au tout premier degré, me fait sourire. J’imagine qu’en effet, nous marchons sur la tête et je me dis alors que cela serait bien peu pratique… Tout au mieux, nous culbuterions. Alors, dans un élan farfelu, j’imagine notre drôle de coiffure faite de jambes et d’orteils…




Trêves de plaisanteries.


Lorsque l’on use de cette expression, c’est que nous sommes face à l’insensé. En effet, marcher sur la tête n’a que peu de sens (cf Le chat du Cheshire d'Alice)


Mon véhicule corps

La tête et ses pensées se déplacent grâce à toute cette incroyable mécanique que l’on appelle corps.


Notre corps est notre principal moyen de locomotion. Il nous permet d’aller ici ou là. Il nous permet d’être actif et acteur. En effet, ce sont nos doigts qui tapent sur le clavier d’ordinateur, nos jambes qui nous mènent d’un point A à un point B. C’est lui aussi qui nous permet de danser, de chanter, de serrer la main, de communiquer. Il nous permet d’entrer en relation. Autrement dit, il est précieux.


Ne pas prêter attention à son corps revient, d’une certaine manière à ne pas entretenir la voiture qui nous fait cheminer sur la voie fabuleuse de notre vie. Pire encore, cela revient même à pousser ou tirer notre voiture plutôt que de mettre le contact pour la diriger vers le lieu que nous souhaitons.




Imaginez toute l’énergie qu’il faut pour pousser ou tirer le poids lourd d’une carriole, alors qu’il suffirait simplement, dans un premier temps, de mettre le contact pour permettre son démarrage.


Et si votre corps fonctionnait de cette même façon ?

Je vous propose ici une nouvelle expérience, celle de mettre votre corps en marche avant de démarrer votre journée.


Pour commencer

La première chose à faire, mettre le contact, ou plutôt reprendre le contact :

Contact avec votre respiration. Contact avec vos points d’appui…


Puis

C’en suivra alors l’heure de la mise en marche.


Je vous propose, pour cela, de vous étirer. C’est une façon de faire chauffer le moteur, de vous mettre en corps.


Ensuite, vous pourrez démarrer, suivre l’élan de votre chemin. Par instant il vous faudra accélérer puis à d’autres, ralentir, ou encore suivre le flot, mais à part garder les yeux sur votre route et les pieds en contact avec le sol, vous n’aurez plus cet effort incommensurable à fournir de tirer ou pousser les tonnes de votre carlingue. Votre concentration sera plus accrue et moins diffuse, elle n’aura plus à s’éparpiller en lassitude, en baisse d’énergie ou bien même encore en tensions.


Je vous invite à faire, si vous le souhaitez, l’expérience, plusieurs jours. Il est probable que vous rencontriez en vous un plus grand dynamisme. Et tel un moteur bien portant, peut-être vous mettrez-vous à ronronner sous le plaisir de reprendre la direction de votre vie, de votre corps, de votre cœur et de vos actes.


Mon Corps du matin

Dès votre réveil, vous pouvez prendre le temps de sentir les draps sur vous et dessous vous. Vous pouvez prendre le temps de percevoir votre corps et le mouvement de votre respiration. Puis, en toute tranquillité, choisissez de vous assoir. Vos pieds en contact avec le sol, prenez le temps de sentir la plante de vos pieds posé sur le plancher. Choisissez de vous mettre en route. Etirez-vous pour permettre de créer et recréer des espaces de disponibilité à l’intérieur de vous. Vous pouvez ensuite prendre une grande respiration. Puis, levez-vous et prenez le temps d’un plein d’énergie. Un plein de Super (pour vous sentir sans plomb) à l’odeur de thé, de café, de tartines beurrées… Puis la pluie d’une douche pour briller un peu plus et voir clair au travers le pare-brise de votre regard. C’est parti, vous pouvez démarrer et prendre votre route. Soyez confiant.


Mon Corps du soir

Après votre journée, faites refroidir le moteur. Pour cela, osez laisser virevolter vos pensées et revenez à vous et à votre corps. C’est le moment de le remercier pour cette nouvelle route parcourue. Le moment de vous remercier pour votre écoute à vous-même.


Votre corps sait exactement ce qui est bon et juste pour lui et pour vous. Il sait parce qu’il est le seul à vous connaître aussi bien et de façon si intime. Si vous acceptez de devenir son ami, son allié, son co-équipier, il vous conduira nécessairement sur votre route, en toute sécurité. Il sait déjà que vous êtes merveilleux. Si vous pensez être gagné par la prétention en acceptant de croire ce qu’il pense de vous, à savoir votre préciosité, demandez-vous pour qui se prennent vos pensées et vos jugements pour se penser, eux, plus forts que tout ?


Alors ce volant, tu le veux ?

Vous avez le droit et vous pouvez choisir de vous installer aux commandes de votre vie. Vous avez en vous toutes les ressources et toutes les capacités. Je vous invite à faire l’expérience de redonner la place à votre corps.


Nous sommes là pour vous accompagner dans ce désir de redonner vie à votre espace corporel, à vos sensations. Grâce à la sophrologie, au massage bien-être ou encore au Reiki, retrouvez vitalité, force et équilibre. Ces moments de rencontre avec vous-même allégeront les tensions. Vous apprendrez alors à conduire sans plus devoir trainer la lourdeur d’une carcasse épuisée. Le permis de vous conduire est déjà acquis. Autorisez-vous à aller vers plus de légèreté et de tranquillité.


Vous avez le droit d’être bien, le droit d’être mieux. Vous êtes quelqu’un d’important.


Ne l’oubliez plus.


Auteur : Anne Sophie Gaudina (c)

crédits photos : (c) J-Luc FORTIN